19 janvier 2022

La septième nuit du septième mois

Le 7 juillet 2017, alors que l’on fête Tanabata au Japon, qu’Hambourg reçoit le G20 sous les cris des manifestants, que New York vote la prohibition de l’arme nucléaire, que Fukushima tremble sous de nouvelles secousses sismiques au moment où l’on contraint les populations à rentrer vivre dans les zones contaminées, les tensions entre nantis et anéantis se resserrent.

« La centrale nucléaire de Sendai réveille le traumatisme de mars 2011 »

kumamoto_prefecture.pngÀ Kumamoto (préfecture située dans le sud du Japon), secouée par des séismes importants depuis quelques jours, le gouvernement japonais joue un bras de fer bien risqué avec les éléments naturels et ceux qui le sont moins. Le choix de maintenir en activité la centrale nucléaire de Sendai, à 140 km de là, suscite la colère des Japonais. La centrale nucléaire de Sendai se trouve en effet dans le département de Kagoshima, dans le sud-ouest du département de Kumamoto.

[Publication Le Monde 19.04.2016 à 15h29]

The land of hope (Terre d’espoir)… le film

The Land Of Hope (Terre d'espoir)Après Fukushima, un nouveau séisme frappe le Japon entraînant l’explosion d’un réacteur dans une autre centrale électronucléaire.

Non loin de cette centrale, dans un village touché par cette nouvelle catastrophe, les autorités tracent dans l’urgence un périmètre de sécurité avec un ruban de plastique jaune et quelques pieux qui coupent en deux le territoire, la localité, les familles : absurdité de l’arbitraire, sécurité toute théorique, le danger invisible partout.

Au sein de la famille Ono, les parents, âgés, choisissent de rester. Leur fils et son épouse acceptent d’être évacués pour fuir la radioactivité… pour chercher ailleurs un avenir.